À la suite d’un incendie, il se peut que vous n’approuviez pas le rapport d’expertise de votre assurance. Dans ce cas, vous êtes libre de demander une contre-expertise. Si vous n’êtes pas toujours satisfait des résultats, vous pouvez à nouveau demander une contre-expertise pour obtenir gain de cause. Qu’est-ce qu’une contre-expertise incendie, et comment en redemander ? Cet article vous répond.

En quoi consiste la contre-expertise incendie ?

Lorsque votre domicile subit plusieurs dégâts après un incendie, vous devez prévenir votre société d’assurance. Celle-ci dépêchera un expert pour évaluer l’ampleur des dégâts, afin de vous proposer une indemnisation. L’expert dans sa mission se basera sur certains éléments clés pour estimer votre taux d’indemnisation. Il s’agit notamment de l’état des biens (vétusté) endommagés, les avaries, les réparations à effectuer et les conditions dans lesquelles l’incendie a eu lieu. À la fin de son analyse, l’expert produira un rapport qu’il fournira à votre assurance. Celle-ci en fera bien entendu sa base pour vous proposer une indemnisation.

Comment demander une contre-expertise ?

Une fois en connaissance de la proposition d’indemnisation, vous pouvez la refuser si vous estimez qu’elle n’est pas juste. Selon le cas, vous pouvez trouver l’indemnisation trop basse ou l’expertise biaisée. Pour faire la demande de contre-expertise incendie, vous devez faire appel à un expert d’assuré. Le choix de l’expert vous revient. Mais avant cela, vous devez saisir votre assurance par courrier pour l’informer de votre intention.

Idéalement, le courrier doit être recommandé avec avis de réception. Une fois sur les lieux, vous devez fournir tous les éléments nécessaires à l’expert d’assuré pour son travail. Lorsque ce dernier finit sa contre-expertise, il donne son verdict. Alors, trois scénarios sont possibles.

  • La contre-expertise vous est avantageuse : cette option ouvre la voie à la négociation (entre votre expert d’assuré et votre assurance). Si un compromis est trouvé après concertation, une nouvelle indemnisation vous sera proposée. Vous pouvez toujours les refuser si elle ne vous convient pas.
  • La contre-expertise valide le premier rapport d’expertise : dans ce contexte, l’indemnisation initialement proposée est maintenue. Vous avez toujours le choix d’accepter ou non.
  • La contre-expertise vous très favorable, cependant, aucun compromis n’est trouvé à l’issue des négociations.

Rappelons que les différents rapports d’expertise n’ont pas valeur d’obligation. Chaque partie est libre de les accepter ou de les refuser.

Quand redemander une contre-expertise incendie ?

La nécessité de redemander une contre-expertise survient au niveau du troisième cas de figure susmentionné. À ce niveau, le litige est toujours d’actualité entre votre assureur et vous. Dans ce cas, vous pouvez redemander une autre contre-expertise ou une tierce expertise. Les honoraires du troisième expert d’assuré sont à la charge des deux parties, c’est-à-dire l’assurance et vous. Cette étape est cruciale, car elle aidera à accorder les deux parties.

En dépit de toutes ces démarches, si le litige persiste, deux solutions sont possibles : la médiation d’assurance et la procédure judiciaire. La première solution est gratuite et tâche de trouver un terrain d’entente entre votre assureur et vous. Le but étant d’éviter les procédures judiciaires qui sont longues et onéreuses. En l’absence de tout compromis, l’affaire sera prise en charge par les tribunaux. Notamment le Tribunal de Grande Instance. Pour en arriver là, assurez-vous d’avoir des arguments solides qui en valent la peine.